Sweet Inspiration

Ce tour de table, quand chacun se présente

Le mois dernier, j’entamais une formation qui me faisait envie depuis 2012. Ce projet me tenait à coeur et le moment était venu.

Les apprentissages se construiront principalement à travers le groupe, l’objectif étant d’expérimenter les techniques apprises les uns sur les autres dans la perspective de se former à la psychothérapie. L’idée me plait mais celle de rencontrer ces 10 inconnus avec lesquels je vais tant partager dans les 2 années à venir suscitait excitation et angoisse à la fois.

Je n’avais pas vraiment eu le temps d’y penser, mon esprit était tout entier dévoué aux questions organisationnelles. Rejoindre Bruxelles avec les enfants, leur trouver un endroit douillet pour être gardées, arranger les trajets, etc.

Sur la route le premier matin, mes petites angoisses se sont finalement pointées. Il allait forcément y avoir ce moment que je redoute, celui où chacun se présente en quelques mots. Ces brèves secondes au cours desquelles on envoie des infos à propos de son identité pendant que les autres écoutent et se forgent une opinion. Mêmes fugaces, les pensées fusent dans ces moments là.

Je me suis mise à réfléchir à ce que j’avais envie de dire de moi, par quel bout de ma vie allais-je me dépeindre brièvement? Mes études? Mes enfants? Ma vie à l’étranger? En l’écrivant, ca me semble bête d’avoir peur du regard de l’autre mais voilà on n’y peut rien, autant accueillir ce stress avec le sourire.

Ma présentation m’a hantée jusqu’à mon arrivée. Le formateur a présenté les objectifs, la manière de travailler, il ne s’est pas présenté lui. J’ai entamé le premier exercice avec cette angoisse dans un coin de ma tête. On a du se lancer une balle en inventant tous les prénoms que l’on voulait sauf le notre. J’ai été Emma, Juliette, Lucien, Pedro et voyant ce moment de présentation qui se rapprochait forcément, j’étais incapable de réceptionner la balle 1 fois sur 3.

Trois heures plus tard nous avons pris une longue pause. L’occasion de se parler, poser des questions, y répondre. La journée s’est terminée sans ce classique tour de table et cela ne nous avait pas empêché de faire connaissance, au contraire, nous sommes allés les uns vers les autres à l’aveugle, sans a priori.

Avant le lancement de la seconde journée, un participant a exprimé sa surprise de n’avoir pas vécu ce moment de présentation la veille. « Ca permet de se faire une idée de qui est qui« . Le formateur l’a rassuré, ce moment viendrait mais pas comme ca, pas avec cette carte d’identité habituelle. Dans le fond si nous sommes rassemblés là c’est aussi parce que quelque chose est en mouvement en chacun de nous, et l’idée est de permettre à tous de trouver une place en laissant derrière lui ce qui lui plaît, en échappant au jugement hâtif.

J’ai adoré cette idée et j’avais envie de partager cette expérience parce que oui, nous sommes plus que la somme de quelques informations objectives, notre métier ou nos études ne nous définissent pas ou pas toujours du moins. Après trois journées à s’apprivoiser les uns les autres tout en douceur, une vraie bienveillance s’était installée dans le groupe.

board-1805318_960_720

Nous nous sommes présenté par le biais d’un dessin réalisé sur une gigantesque feuille. Ce n’était pas écrit dans le descriptif de la formation mais le dessin est un média très utilisé par le formateur et c’est très libérateur. On dessine et on laisse le soin à un autre participant de nous en proposer une analyse. C’est édifiant à quel point les possibles s’ouvrent alors. Je me suis jugée très sévèrement dans mes dessins, rien ne me semblait unifié, je me suis trouvée très scolaire et pleine de blocages là où mes binômes ont réussi à voir de l’ouverture, et des tas de choses que j’avais à peine remarqué.

En tout cas pas de doute, la formation s’annonce riche.

 

 

Publicités

11 réflexions au sujet de « Ce tour de table, quand chacun se présente »

    1. Il s’agit d’une formation en psychothérapie qui puise dans pas mal de courants de la psychologie pour obtenir une boite à outils en quelque sorte. J’aime bien l’idée de ne pas être enfermée dans un courant (d’habitude en psycho on est soit psychanalyste, soit systémicien, etc..) mais d’expérimenter des techniques pratiques variées et pouvoir proposer aux patients (je ne suis pas fan de ce mot mais on se comprend) une thérapie adaptée à leur demande et à leur ressources.
      Excellente soirée à toi Sana!

      Aimé par 2 people

  1. J’ai déjà fait une présentation qui sort des présentations conventionnelles. Je ne me souviens plus trop mais on avec une feuille et il y avait différentes étapes et à chaque fois des formes. Et pour chaque étape on devait dessiner quelque chose avec à chaque fois une condition.
    J’ai trouvé que c’était vraiment une super approche, très intéressante et ludique.

    J'aime

    1. Pour accéder à la formation non, mais à présent en Belgique le diplôme de psychologue (BA+5) est obligatoire pour exercer en tant que psychothérapeute. Il faut les deux en fait. Toutefois des gens de mon groupe de formation font aussi la formation pour leur propre développement personnel ou pour l’utiliser dans d’autres domaines (une prof par exemple qui fait de la remédiation avec des élèves en difficultés). Le cycle complet est de 4 ans, les deux dernières années étant une supervision des premiers temps dans la vie professionnelle.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s