Sweet Inspiration

Le gardien des choses perdues, Ruth Hogan

41H4ldnkaFL._SX195_Je vous parle aujourd’hui du grand gagnant de mes lectures de vacances. J’ai emmené trois livres dont je n’avais jamais entendu parler et choisis uniquement par coup de coeur pour le titre et la couverture. Le gardien des choses perdues a été la vraie bonne pioche de cette semaine. J’ai adoré la couleur de la couverture et l’association aux vieux objets à la fois dans le titre et à travers l’image du gramophone, sans même avoir lu la quatrième de couverture, il s’est retrouvé dans mon sac. 

Londres, mai 1974. Anthony Peardew attend sa fiancée, Thérèse. Celle-ci est étonnamment en retard. Il est loin de se douter qu’elle n’arrivera jamais, gisant au centre de l’attroupement qui s’est formé quelques centaines de mètres plus bas sur la chaussée. De retour chez lui ce même jour, Anthony réalise qu’il a égaré le médaillon que Thérèse lui avait confié, rompant ainsi la seule promesse qu’elle lui ait jamais demandé de tenir. Le cœur brisé, il passera le restant de son existence à collecter des objets trouvés au hasard de ses promenades dans l’espoir de pouvoir un jour les restituer à leurs propriétaires.
Désormais âgé de soixante-dix-neuf ans, le vieil homme décide de léguer sa demeure victorienne et les trésors qu’elle recèle à sa fidèle assistante Laura, qu’il pense être la seule à même d’accomplir la mission qu’il s’est donnée. En exprimant ses dernières volontés, il est loin de se douter de leurs répercussions et de l’heureuse suite de rencontres qu’elles vont provoquer…

Ce que j’ai aimé

  • Le croisement de plusieurs histoires, elles se passent à des époques différentes et se rejoignent dans un dénouement que l’on ne soupçonne pas.
  • L’analogie entre les êtres tout aussi perdus que les objets et tous chargés d’une histoire forte. C’est une histoire de reconstruction, de quête de soi. Il y a beaucoup d’amour dans ce roman sans pour autant faire basculer les personnages dans un mauvais sentimentalisme.
  • Les petites histoires reliées aux objets perdus et racontées comme de jolis intermèdes tout au long du roman. 
  • L’écriture à la fois poétique et d’une précision incroyable, vibrante d’émotions vraies (superbe démonstration du « Show don’t tell » dont je fais le rude apprentissage en ce moment dans mon projet d’écriture).
  • Le personnage de Sunshine, fragile, pleine d’humanité. Je n’en dis pas plus mais j’ai eu un coup de coeur pour cette fille!

En fait, j’ai tout aimé dans ce roman délicat. Il investit notre relation aux petits objets matériels inutiles mais dans lesquels nous plaçons bien souvent un gros paquet de sentiments. Un premier roman British à souhait et qui donne simplement envie de s’enfuir une journée sous un plaid en buvant « la bonne petite tasse de thé ».

Un petit bout de la page 39

Lorsqu’il avait commencé, toutes ces années auparavant, à recueillir les objets perdus, il n’avait pas vraiment de plan. Il voulait simplement les mettre en lieu sûr au cas où, un jour, ils pourraient se voir réunis aux gens qui les avaient perdus. Il ignorait souvent si ce qu’il avait trouvé était rebut ou trésor. Mais quelqu’un, quelque part, le savait. Et c’est alors qu’il s’était remis à écrire, tramant des nouvelles autour de ses trouvailles. Au fil des ans, il avait rempli ses tiroirs et ses étagères de fragments des vies d’autrui et mystérieusement, ils avaient contribué à guérir la sienne -si cruellement fracassée- et à la restaurer. 

Le plus drôle c’est que la couverture initiale du roman ne m’aurait sans doute jamais attiré! téléchargement

 

Publicités

8 réflexions au sujet de « Le gardien des choses perdues, Ruth Hogan »

  1. la couverture c’est important tout comme le titre qui attire ou pas l’attention. Je fais très attention à ces deux éléments. Merci pour cette jolie note, bonne soirée, Bises bretonnes 🙂 🙂

    J'aime

  2. Ah oui il y a une différence entre les deux couvertures. Lorsque je rédige un article sur un roman, je découvre que celui-ci a eu déjà plusieurs couvertures différentes. Pourtant dans l’édition le choix d’une couve c’est un casse tête.

    J'aime

  3. Je ne connaissais pas du tout le roman mais j’avoue que la couverture a l’air très chouette 🙂
    Vais-je l’ajouter ou pas dans ma PAL déjà méga remplie? :p
    Bisous ma belle ❤

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s